20220729_152857

Financement Basé sur les Résultats (FBR) au Mali : Un atelier de réflexion stratégique de financement Etatique de l’approche FBR au Mali

Du 27 au 29 juillet 2022 s’est tenu l’atelier l’atelier de reflexion strategique de financement etatique de l’approche FBR dans le cadre  du projet tmt+ okp-tmt.21/00013 training of FBR Health Workers in Mali. Cet atelier a regroupé les responsables étatiques au niveau décisionnaire.

Il faut rappeler que le Ministère de la Santé et de l’hygiène publique  (MSHP) du Mali a décidé de mettre en œuvre la stratégie de FBR (financement basé sur les résultats) dans le secteur de la santé sur la base des résultats des expériences passées.

Pour la pérennisation  de l’approche, le  pays a besoin de ressources humaines nationales bien formées en FBR et plus spécifiquement au niveau stratégique pour orienter les décisions en la matière. Ceci a motivé la tenue de cet atelier dont il s’agira à long terme

de concevoir et après institutionnalisation la formation du FBR tout en adaptant sa mise en œuvre au contexte spécifique du Mali en lien avec sa politique de décentralisation où les collectivités sont des acteurs clés du système de santé.

Pendant les trois jours d’activités, les différents participants ont mis à profit leur expertise pour données des idées qui pourront aider sur la question de la pérennité d’une partie du financement de l’approche FBR  à travers  le budget de l’Etat

Il faut rappeler que le Financement Basé sur les Résultats (FBR), souvent appelé Financement Basé sur la Performance (FBP) ou Rémunération liée à la Performance (RF) se définit comme une approche dans laquelle un gouvernement, une organisation ou un individu paie des fournisseurs sous réserve de l’engagement d’actions mesurables pour atteindre un but convoité ou l’atteinte de ce dernier.

Les fournisseurs sont payés pour offrir des services spécifiques, à condition que les services suivent des protocoles explicites, avec un système d’inspection et d’audit pour assurer la conformité et améliorer la qualité si nécessaire’ (Musgrove, 2011, 4).

Au Mali, les débats sur le FBR ont gagné en intensité à partir de 2010. Cette mise en discours a été favorisée par la mobilisation croissante d’un certain nombre d’acteurs et d’institutions intervenant dans le domaine de la santé qui ont activement soutenu son déploiement (Gautier et al, 2019b).

Les activités du FBR au Mali sont financées par des organisations tierces. Vu son importance, les participants ont aussi échangé sur l’implication du gouvernement malien pour son financement. Selon Dr Margueritte Dembélé, chargée des questions de santé à la Cellule d’Appui à la Décentralisation et la Déconcentration (CADD) du ministère de la santé et du développement social, « vu les preuves de résultats du FBR, l’Etat doit prendre la relève quand les partenaires vont se retirer.

Le FBR a fait ses preuves dans la lutte contre le Virus dans le cercle de Yanfolila avec la Clinique de Gestion et d’Innovation des Connaissances (CGIC) en 2015. Aussi avec la CGIC, le FBR a été l’approche utilisée pour exécuter un projet pilote de lutte contre les inégalités du genre et la capture du dividende démographique dans le cercle de Yorosso.

Cet atelier a permis aux participants d’échanger sur la nécessité d’une approche qui doit permettre de renforcer la qualité des services, le Financement basé sur les résultats. Cette approche est financée par les partenaires financiers extérieurs ; donc vu son importance, le gouvernement du Mali peut l’inscrire dans son budget. Pendant les trois jours, les participants ont travaillé sur les aspects pouvant être pris en charge par l’Etat.

Yacouba Dao

CLOTURE DU PROJET

Conférence de clôture du projet FORCE OKP : Le ministre Pr Amadou Keita salue les résultats probants

Mis en œuvre grâce à une coopération fructueuse entre les Pays-Bas et notre pays dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la santé, le projet FORCE OKP, de décembre 2019 à maintenant, a concouru à l’amélioration de la qualité de la formation des techniciens de santé et des techniciens supérieurs de santé en vue d´améliorer la fourniture de soins de santé en matière de droits sexuels et reproductifs pour les adolescents et les jeunes.

 

En présence de l’Ambassadeur des Pays Bas au Mali et de la Directrice du Projet FORCE OKP, le Ministre Keïta s’est réjoui des résultats obtenus par le projet en matière de renforcement des capacités des enseignants et encadreurs des 5 établissements publics et privés bénéficiaires et de l’Association des Ecoles de Santé Privées dans les domaines de l’approche par compétence (APC), en santé sexuelle et droits reproductifs des jeunes et adolescents. De plus, le projet FORCE OKP a permis la prise en compte des questions en lien avec le genre et l’inclusion sociale, l’élaboration des plans stratégiques, le système d’assurance qualité, la cartographie des lieux de stages et l’encadrement des stages, des cours en lignes ou E-learning.

Le ministre a vivement remercié les partenaires du projet avec une mention spéciale pour la coopération néerlandaise, qui après le projet NICHE, a continué d’accompagner le secteur de l’éducation avec ce projet FORCE, qui tire à sa fin.

Il fera savoir que le département reste engagé pour poursuivre les acquis et maintenir la concertation entre les différents acteurs en vue d’améliorer constamment notre enseignement dans le domaine de la santé. Car, dira-t-il, la santé des maliens est une priorité pour les autorités de la transition.

Ccom MESRS