Capture

L’ETUDE SUR L’EVALUATION DU SYSTEME DE SOINS DE SANTE PRIMAIRES DU MALI ET DE SA CONTRIBUTION A LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE

Les décès maternels constituent un problème majeur de santé publique à l’échelle mondiale, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire (Pays Moins Avancés).

En 2017, environ 800 femmes sont mortes chaque jour dans le monde de causes évitables liées à la grossesse et à l’accouchement . Les principales complications, qui représentent 75% de l’ensemble des décès maternels, sont hémorragie sévère, les infections, l’hypertension pendant la grossesse, (pré éclampsie et éclampsie), complications dues à l’accouchement et les avortements pratiquées dans les conditions inappropriés.

L’objectif de cette étude était d’analyser de manière critique le système de santé en vue de déterminer les facteurs explicatifs du niveau actuel de la mortalité et avec objectifs spécifiques:                                                                                                                                                 – Apprécier le fonctionnement du système de santé en termes de structures d’organisation, du processus gestionnaire, de la prestation des activités prioritaires de santé et de la participation de la communauté

– Evaluer la performance globale du système de soins de santé primaires au Mali

– Déterminer dans quelle mesure le système de soins de santé primaires au Mali explique le taux de mortalité maternelle plus faible que prévu.

Cette étude a réuni cinq (5) consultants, sept (7) superviseurs et quatorze (14) enquêteurs  repartis en 7 équipes dans les zones d’enquête: Bamako, Koulikoro, Sikasso et Gao. Treize (13) Centres de santé de référence et  ( Vingt trois) 23 centres de santé communautaires ont été enquêtés. Les personnes enquêtées sont: 

23 Décideurs;

138
prestataires de santé; 

33
élus communaux/conseil de cercle;

53
membres de FELASCOM/ASACO;

703
femmes et hommes enquête ménage;

23 focus groupes (  178 personnes, 97  et 81 hommes)

Cette étude d’une envergure nationale a été financée par le UNFPA ( Fond des Nations Unies Pour la Population).

 

Tags: No tags

One Response

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *